Déclaration contre le projet de loi 21

L'Église unitarienne de Montréal déplore amèrement le dépôt du projet de loi 21 par le gouvernement du Québec et demande au gouvernement de retirer la loi immédiatement. En expliquant le projet de loi, le premier ministre François Legault a tenté de justifier la mesure en disant qu'elle "protège les valeurs du Québec". Nous refusons d'accepter que ces valeurs incluent le piétinement des droits individuels.

Les enseignants qui choisissent de porter un hidjab, les policiers qui choisissent de porter un turban, les juges ou les avocats qui choisissent de porter une kippa ne font pas de mal à leurs homologues étriqués et ne constituent pas une menace pour les véritables valeurs de la société québécoise.  

Nous saluons la Commission scolaire English-Montréal et la Commission scolaire Lester B. Pearson, la Fédération des femmes du Québec, la Confédération des syndicats nationaux et bien d'autres pour leur décision de respecter les principes clairement énoncés dans la Charte québécoise des droits et libertés, plutôt que les craintes exprimées dans la loi 21. Nous remercions la mairesse Valérie Plante d'avoir clairement exprimé son opposition au projet de loi.

Le projet de loi 21 est en contradiction directe avec deux des principes essentiels qui guident la croyance unitarienne universaliste : la justice, l'équité et la compassion dans les relations humaines, ainsi que la valeur et la dignité inhérentes de chaque personne. Il n'y a ni justice ni compassion dans une loi qui vise la dignité des autres. 

En plaçant les besoins supposés de la majorité au-dessus des droits légaux des minorités, le gouvernement du Québec glisse sur une voie dangereuse. Nous ne pouvons accepter qu'une société qui s'enorgueillit de la liberté individuelle restreigne la liberté religieuse des citoyens qui n'appartiennent pas à la communauté majoritaire. En tant qu'universalistes unitariens, nous déclarons par la présente que nous serons solidaires de nos voisins, amis et frères et sœurs des religions musulmane, juive, chrétienne, sikhe et autres s'ils refusent d'accepter l'imposition d'une loi injuste.

Signé par le Conseil de gestion
Église unitarienne de Montréal
31 mars 2019